21 de enero de 2010

Poema haitiano


Quisiera compartir con vosotras/os el poema emocionado que nos ha enviado nuestro querido Jean Dany (poeta y atleta), en estos momentos de dolor por el terremoto de Haiti, parece ser que ha perdido algún amigo allí. La información me ha llegado a mi via CR.

Si algun visitante te atreve a traducir el texto seguramente que se lo agradeceremos.

La terre tremble

Les maisons tombent

Les cris s’étouffent

Dans les décombres

Mon cœur se fend

J’attends

J’attends un cri rebelle

Pour me redonner l’espoir

J’attends mes pleurs

Qui résistent encore

J’attends les mots qu’il faut

Et la musique aussi

Des mots que Magalie ne lira pas

Et la chanson qu’on ne chantera pas ensemble

J’attends

J’attends que les images

Disparaissent dans ma tête :

La cathédrale qui court

Pour éviter de tomber

Des anges qui s’agrippent

Au Sacré-Coeur pour empêcher sa chute

Le palais national qui d’un bond

Se relève et reprend sa place aux champs de Mars

Port-au-Prince qui se réveille de sa sieste

Pour voir qu’il n’était question d’un simple cauchemar

J’attends

J’attends de pouvoir enfin dormir

J’attends d’écouter la voix des miens

Lasirèn qui rit, et qui espère

Mon frère Pòl qui parle de résurrection

La voix calme de Lo qui me rappelle ses parents

J’attends un signe dans la petite maison bleue

A la cinquième avenue Bolosse

J’attends le dernier décompte

Le dernier nom

Le dernier appel téléphonique

Le dernier bilan

J’attends que le sang sèche

Que le dernier cadavre soit couvert

Et que je fasse le dernier signe de la croix

J’attends

J’attends pour enfin accepter

Que pour de vrai ça a eu lieu

Que ma terre a tremblé

Des maisons sont tombées

Les miens sont meurtris

Et leurs cris étouffés

J’attends

J’attends pour enfin accepter

Que c’est ce même espace

Que les ouragans ont dévasté

Ce même coin de notre planète

Que les inondations ont ravagé

Oh, notre terre que ma mère portait dans son cœur

J’attends de comprendre

Comment combler ces vides

Tous ces noms effacés

Tous ces souvenirs

Tous ces projets

Et cet après-midi qui s’est top vite changé

En profondeur de la nuit…

J’attends la main qui touchera les âmes

J’attends le mot juste pour reprendre la marche

J’attends l’espoir qui renaîtra

J’attends le prochain lever de soleil

La première fleur à paraître

J’attends de pouvoir enfin pleurer

Pleurer une rivière avec la foule et me libérer

Pleurs de morts

Pleurs de mots

De musique et de silence

Pleurs de terre qui tremble

De maisons qui tombent

Et qui étouffent les cris

Pleurs de joie à venir

Et pleurs de résurrection

Mais j’attends

J’attends désespérément

Le premier vol

Qui m’emmènera vers les miens

J’attends

J’attends
Publicar un comentario
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...